Stats et FAQ

Statistiques sur les coopératives

Offert par ONPHA, la FHCC et l’AHCEO

À travers le Canada, plus de 2100 coopératives d’habitation à but non lucratif logent près d’un quart de million de personnes dans plus de 90 000 foyers. Il y a des coopératives d’habitation présentes dans chaque province et territoire.

Unités de logement coopérative

  • Co-op Units

Les coopératives à travers du Canada

  • Co-ops

557 – Le nombre total de coopératives d’habitation en Ontario.

Ces coops offrent un logement à 44 287 ménages, ce qui se traduit par une offre de logement abordable pour 123 000 personnes.

43 – Le nombre de coopératives de logement que l’AHCEO représente, sans compter ses 9 membres associés.

Ces coops fournissent un logement à 3043 ménages, ce qui se traduit une offre de logement abordable pour 12 100 personnes.

150 000 – Le nombre approximatif de ménages sur les listes d’attentes pour un logement abordable en Ontario.

14% de moins – Combien il en coûte pour faire fonctionner une coopérative de logement, par rapport à un logement municipal ou privé à un but non lucratif.

50% – Le pourcentage moyen des ménages vivant dans des coopératives et payant un loyer indexé sur leur revenu. En général, les locataires bénéficiant de ce programme de subvention paient des frais de logement correspondant à 30-35% de leur revenu brut. La différence entre le loyer payé par le locataire et la valeur totale du loyer (prix du marché) est fournie par des fonds gouvernementaux.

5 & 7 – Le nombre de coopératives francophones et de coopératives bilingues dans l’Est de l’Ontario, respectivement.

363– Le nombre d’unités accessibles disponibles dans les coopératives d’habitation de l’Est de l’Ontario.

5 – Le nombre de coopératives pour personnes âgées dans l’Est ontarien.

FAQ sur les coopératives

diversity

Les personnes logeant dans une coopérative sont des membres. Les membres décident de la planification, de la conception et de la gouvernance de la coop. L’adhésion à une coopérative implique une participation et une gestion autonome de l’organisation.

Les membres sélectionnent annuellement parmi la communauté de leur coop afin de créer un Conseil d’administration qui supervise la gestion de la coop.

Les membres siègent également sur des comités dont les responsabilités comprennent la sélection de nouveaux membres, la maintenance, les finances et la communication. Du personnel est souvent engagé en tant que coordonnateur de bureau, comptable ou préposé à l’entretien et les décisions finales de ceux-ci sont basées sur les indications données par les membres.

Les coopératives sont des communautés au sein de plus grandes collectivités. En plus de partager des objectifs communs, les membres travaillant ensemble en retirent un sentiment d’appartenance et de fierté.

Les membres de coopératives font de bons voisins and peuvent revitaliser des quartiers désuets. Plusieurs d’entre eux mettent sur pied des programmes récréatifs, sociaux, éducationnels et d’entraide.

Les coopératives accueillent une grande variété de gens. Certaines coops réservent des logements pour des membres ayant des besoins particuliers. Pour les familles et personnes âgées, les coops représentent souvent une combinaison idéale de sécurité et d’accessibilité financière.

Certains groupes comme les autochtones, nouveaux immigrants, femmes, personnes âgées, francophones, les personnes mentalement ou physiquement handicapées ainsi que les parents seuls ont développés leurs propres coopératives.

Dans une coop, les individus ne sont pas propriétaires de leurs appartements. Ceux-ci appartiennent à la coopérative et ne peuvent pas être vendus ou achetés pour du profit. En revanche, la majorité des membres ressentent un sentiment de propriété collective, de fierté et de communauté au sein de leur coopérative.

Le montant mensuel que les membres paient est appelé frais de logement, par opposition au mot loyer. Certains membres reçoivent une subvention et ne paient pas au complet les frais de logement fixés pour leur unité. Afin de se qualifier pour une subvention, le membre doit présenter une preuve de revenu. Par la suite, un calcul est effectué qui établit ses frais de logement à un montant ne dépassant jamais plus de 30-35% de son revenu brut. C’est ce qu’on appelle le loyer indexé au revenu.

Les membres paient leurs frais de logement au complet si ceux-ci représentent moins de 30-35% de leur revenu.

Les frais de logement sont utilisés afin de couvrir les coûts de la coopérative, c’est-à-dire l’hypothèque, les dépenses d’immobilisation, les contrats de maintenance et le personnel de bureau. Les frais de logement augmentent seulement lorsque les coûts augmentent.

Les membres de coops :

  • Ne signent pas de contrat de location avec leur coop d’habitation.
  • N’ont pas de propriétaire.
  • N’ont pas un investissement financier personnel dans leur logement.
  • Ne sont considérés comme des locataires et ne relèvent donc pas de la Loi sur la location résidentielle qui régit les relations et les disputes entre propriétaires et locataires.

 

Les règlements (statuts) sont les règles qui régissent les coops et sont établis et approuvés par la communauté de chaque coop. Selon ce système, les membres de coop :

  • Ont le pouvoir de créer, changer ou abolir les règlements aux réunions de membres.
  • Ont un domicile dans leur coop aussi longtemps qu’ils le souhaitent à condition de respecter les règlements établis.

Les coops sont gouvernées par leur Conseil d’administration et leurs membres. La prise de décision du Conseil est toujours influencée et liée par les règlements de la coopérative.

Les membres ont leur mot à dire dans la gestion financière de leur coopérative en votant sur le budget annuel. Les frais de logement et l’allocation de fonds pour le maintien de la coopérative sont établis par le budget. En votant, les membres influent sur les décisions qui les touchent directement, à la fois financièrement et en ce qui concerne la qualité de leur logement.

Peu de nouvelles coopératives ont été développées dans les dernières années suite à une diminution du financement disponible. Dans le passé, le financement de nouvelles initiatives est venu de la Société Canadienne d’Hypothèques et de Logement ainsi que des gouvernements provinciaux et municipaux.

Les coopératives reçoivent souvent du financement de la Société Canadienne d’Hypothèque et de Logement sous la forme d’un montant de subvention basé sur l’hypothèque de la coop. Cet argent est utilisé pour compenser la différente entre les frais de logement d’un membre bénéficiant du programme de loyer indexé sur le revenu et la pleine charge du logement.

Plusieurs coops de l’Ontario qui ont été financées par la province sont maintenant la responsabilité de leur municipalité. Cela signifie que la municipalité est en charge de superviser la situation financière de la coopérative.

Voici quelques unes des revendications de l’AHCEO :

  • Un engagement de partage des coûts à tous les niveaux de gouvernement afin de continuer de soutenir les coopératives d’habitation administrées par le fédéral puisque leur contrat avec le gouvernement est en voie d’expirer.
  • Mise sur pied d’un programme de 10 ans sur le logement et l’itinérance pour la ville d’Ottawa qui soutient les besoins des coopératives d’habitation.
  • Construction de nouvelles coopératives d’habitation.
  • Développement d’un Programme national d’investissement dans le logement abordable.
  • Éducation et formation exceptionnelle pour les Conseils, le personnel et les membres de coops.
  • Bonne gestion financière des coopératives d’habitation.
  • Sensibilisation accrue aux questions de santés mentales au sein des coopératives d’habitation.

L’AHCEO est financée à travers les cotisations annuelles payées par les coops d’habitation membres et membres associés, les frais d’éducation et de formation et par les revenus des services à valeur ajoutée telles que l’achat en gros par le programme appelé Cost Cutters.

Fermer
loading...